June 24, 20201

/
Reprendre la lecture

Progression dans le chapitre

La Plateforme d’intervention régionale de l’océan Indien (PIROI) est un outil de la Croix-Rouge française qui mène depuis 2000 un programme régional de gestion des risques de catastrophes dans la zone sud-ouest de l’océan Indien. Information, coordination, gestion de crise, soutien logistique… Face à l’épidémie de Covid-19, elle est en première ligne pour aider les plus fragiles.

« En permettant de mutualiser les compétences et les moyens prépositionnés au plus près des zones vulnérables, la PIROI a pour objectif principal de réduire l’impact des catastrophes naturelles et sanitaires et les effets du changement climatique sur les populations de cette zone », explique Christian Pailler, chef de délégation régionale. Avec les sociétés nationales membres, la PIROI intervient ainsi dans les Etats insulaires du sud-ouest de l’océan Indien (Union des Comores, Madagascar, Maurice et Les Seychelles), dans les territoires français de La Réunion et de Mayotte, et dans deux pays côtiers africains fortement exposés aux catastrophes naturelles et sanitaires : le Mozambique et la Tanzanie.

 

Pour lutter contre la propagation de l’épidémie de Covid-19, la PIROI est donc mobilisée sur plusieurs fronts : une présence forte à La Réunion et à Mayotte, avec la mise en place d’une cellule de coordination des opérations en régions pour les deux départements, et une action à l’international en lien avec les Croix-Rouge et Croissant-Rouge des pays membres de la PIROI.

 

Présence soutenue dans les territoires d’Outre-mer

 

Outre son projet de coopération régionale en gestion des risques de catastrophes naturelles, la PIROI intervient à La Réunion et à Mayotte, aux côtés des délégations territoriales de la Croix-Rouge française. Au total, la Croix-Rouge dispose de 530 salariés et bénévoles dans ces deux départements (450 à La Réunion et 80 à Mayotte), autant de personnes extrêmement sollicitées depuis le début de la crise. « Le contexte est particulièrement complexe dans ces deux territoires d’Outre-mer, précise Christian Pailler. Tandis qu’une épidémie de dengue est en train de sévir, avec une courbe qui s’affole beaucoup plus que l’année dernière, on approche ici de l’hiver austral, avec l’apparition des symptômes grippaux. Covid-19, dengue, grippe… Cela peut vite devenir très compliqué. » En outre, la situation sanitaire était déjà tendue, avec des difficultés d’accès à l’eau et à l’hygiène, une grande précarité et, par conséquent, des difficultés pour faire respecter les mesures barrières et le confinement.

 

Dans ces circonstances, la Croix-Rouge a adapté ses missions (notamment dans les établissements sociaux et médico-sociaux) et/ou a mis en place de nouvelles activités pour répondre aux mieux aux besoins des populations. Service de conciergerie solidaire « Croix-Rouge chez vous », activité d’aide alimentaire renforcée, présence dans des centres d’hébergement spécialisés, amplification du samu social à travers les maraudes, accueil des passagers à l’aéroport Roland-Garros de La Réunion, soutien aux autorités pour l’accès à l’eau à Mayotte… Les actions ont été nombreuses et, pour certaines, seront amenées à se prolonger dans les prochaines semaines.

 

Appui aux sociétés nationales des Etats membres

 

En lien avec son double mandat, la PIROI travaille également à sa mission de coopération régionale avec les pays membres. Objectif : apporter un appui aux activités nationales de sensibilisation et de riposte au Covid-19 menées par les Croix-Rouge et Croissant-rouge de ces pays. Dans ces Etats, La Croix-Rouge est mobilisée sur de nombreuses actions : appui aux autorités dans l’organisation des dispositifs de sites d’isolement, production d’affiches de sensibilisation, organisation de sessions de sensibilisations communautaires, distribution de kits alimentaires, désinfection de sites, formation aux mesures de précaution et d’intervention (pour les gendarmes, pompiers, ambulanciers, syndicats de chauffeurs, agents de surveillance des frontières), promotion de l’hygiène à travers la mise en place de dispositifs de lavage des mains dans les lieux publics, surveillance communautaire et suivi des cas contacts… De plus, en appui aux personnels de santé et aux autorités sanitaires, les équipes de la Croix-Rouge assurent la mise à disposition d’équipements de protection individuels (EPI).

 

Au total, près de 5 000 volontaires et salariés des Croix-Rouge et Croissant-Rouge sont impliqués dans ces activités. Une mobilisation massive, même si les challenges à surmonter ne manquent pas. « La crise amplifie les problèmes de sécurité alimentaire et d’accès à l’eau potable, complète Christian Pailler. Plus généralement, il faut aussi faire face dans toute la zone à des difficultés importantes d’approvisionnement et aux contraintes de transport (fermeture des frontières, quatorzaine, etc.), qui rendent le déploiement de ressources matérielles et humaines parfois délicat. » Enfin, les équipes de la PIROI commencent également à penser à l’avenir. « Du côté des perspectives, ce que nous vivons aujourd’hui confirme l’importance de travailler en amont sur la préparation aux crises sanitaires (sensibilisation, plans de contingence, formation des équipes, pré-positionnement de matériel, etc.), comme nous le faisons déjà pour les catastrophes naturelles », conclut Christian Pailler.

4Covid-19 : dans la zone sud-ouest de l’océan Indien, la PIROI mobilisée